Article sur « Maxime Fériel, le fils de l’Olympe » :

Habituée des recueils de nouvelles, Véronique Théry signe un premier roman plein de mystères. L’histoire d’un adolescent, Maxime Fériel, passionné de musique qui, lors d’une répétition, est entraîné par ses nouveaux amis, Alex, et la séduisante Estelle, et ce bien malgré lui, vers Olympie.

Alors qu’un monde fascinant se dévoile, peu à peu le garçon se trouve plongé dans un passé dont il ignore tout. Quel mystère entoure sa naissance ? Pourquoi les dieux de l’Olympe ont-ils besoin de lui ? Il apprendra à contrôler sa magie, à combattre les monstres à jeter des sortilèges. De jour en jour, Maxime se révèle être un sorcier puissant. Arrivera-t-il à vaincre ses ennemis et sauver ceux qu’il aime ?

Avec ce livre, Véronique Théry passe donc des nouvelles au roman. Avait-elle envie d’écrire davantage ? «  En fait, ce roman est dans mes tiroirs  depuis six ans, répond l’intéressée. Quand j’ai appris que j’avais un cancer, j’ai pensé à trois choses : ma famille, mon amoureux et mes amis. Puis, à mon chien. Et enfin à ce roman, jamais sorti du tiroir. »

Rencontres : Ce roman, justement, c’est avant tout l’histoire d’une rencontre avec Gilles Warembourg qui, lors d’un atelier d’écriture auquel elle participait, lui avait dit : « Tu écris bien ! Tu as une belle plume, livre-toi ! » « Je l’ai pris au mot, reprend Véronique Théry. Quatre mois plus tard, Maxime Fériel devenait un être fantastique. Il y a quelques mois, j’ai rencontré Hélène Vandenbussche, qui a été véritablement emballée par le roman et qui a accepté d’en être l’illustratrice. Ce roman, je l’ai offert à la bibliothèque du centre Oscar Lambret et au service « pédiatrie » de l’hôpital de Calais. Des lieux où il faut continuer de rêver pour pouvoir se battre. »  

Gravelines: Un ouvrage de Véronique Théry, qui met en scène des animaux et des hommes

« Dans son dernier ouvrage, « Il ne leur manque que la parole », Véronique Théry dresse un portrait pas toujours complaisant de notre société en s’appuyant sur le comportement des animaux. À moins que ce ne soit sur celui des hommes… »

La Voix du Nord du 19 juin 2018

Gravelines: « Où sont vraiment les monstres ? », le troisième recueil de nouvelles de Véronique Théry

« Les contes de fées laissent souvent une large place aux monstres, mais pour Véronique Théry, la vérité peut être tout autre comme elle le montre dans son dernier ouvrage.. »

La Voix du Nord du 11 juillet 2017

Gravelines: Véronique Thery remporte un concours de nouvelles avec une histoire «très très courte»

« Après Les cynophiles, son premier livre sorti en 2014 et Apparences et transparences édité en mai 2015 (éditions Édilivre), Véronique Thery a laissé de nouveau courir sa plume en participant au concours lancé en octobre par Short Edition. Sa nouvelle, Coïncidence capitale, a été publiée sur Internet et soumise au suffrage des internautes. La Gravelinoise, prof de français et de langues anciennes au collège Pierre-et-Marie-Curie, a terminé deuxième du classement des internautes, et a raflé le premier prix du jury dans la catégorie « Très très courts », parmi plus de 200 textes. »

La Voix du Nord du 03 décembre 2015

Gravelines: Véronique Théry, professeure au collège Pierre-et-Marie-Curie, sort une nouvelle «Les Cynophiles»

« Professeure de français, latin et grec au collège Pierre-et-Marie-Curie de Gravelines, Véronique Théry fait partager sa passion pour l’écriture et la lecture de fort belle manière avec sa nouvelle Les Cynophiles. »

La Voix du Nord du 21 décembre 2014