NAISSANCE DE MAXIME FÉRIEL : SALON DE GRAVELINES – DIMANCHE 28 AVRIL 2019

« Je vous présente Maxime Fériel », « Voici donc mon bébé ! ». Voilà des paroles qu’il vaudrait mieux éviter de dire face à un psy. Maxime n’est pas un enfant. Enfin si ! Non, c’est un adolescent de 15 ans. A cet âge, on n’aime plus trop se faire appeler « enfant ». Là, j’aurais droit à un regard en coin de la spécialiste, qui se dirait vraiment que je dois être un peu dérangée !

Mais, tous ceux qui écrivent, qui ont souffert devant la page blanche, qui ont accouché d’un manuscrit dans la douleur savent bien que leur livre est leur « bébé ». Que les êtres qui sont venus au monde ont bel et bien été enfantés et qu’au final, on présente nos livres et nos héros comme nos gosses. Que la fierté est la même. Car oui, je dois bien l’avouer, à Gravelines, ce dimanche 28 avril, j’étais bougrement fière de présenter enfin mon premier roman.

J’ai écrit « Maxime Fériel, le Fils de l’Olympe » en 4 mois et demi. Deux mois de vacances x 2, et des petites vacances de février et d’avril. Ecrit et fini depuis 5 ans. Le manuscrit dormait dans un dossier de mon ordinateur, et sur cinq ou six clés USB. Eh oui ! Je suis aussi parano ! Mais, c’est normal de vouloir protéger ses enfants, non ?

Le choix du prénom ne fut pas compliqué. Maximus, en Latin, signifie « Le Meilleur ». Je veux le meilleur pour lui, évidemment ! Fériel est un nom perse qui veut dire « Justice et Vérité ». Deux belles valeurs que toute mère a envie d’enseigner à son fils. Ça y est, ça recommence. C’est grave, docteur ? Sérieusement, quel bonheur de présenter enfin mon premier roman dans ma ville d’adoption !

Tout était prêt pour le grand jour. La valise bouclée avec tout le nécessaire : les affiches, les présentoirs, les cartes de visite ! Et même la casquette blanche arborant un magnifique « I love Maxime Fériel ». Sans oublier un sweat orné de la première de couverture, dont je suis tellement fière. Faut vous dire que Maxime a eu deux mamans : moi bien sûr, mais aussi la talentueuse Hélène V qui a fait apparaître ses traits. Quel bonheur de voir se profiler sa silhouette, accompagné de son fidèle compagnon le chien Aïresos !

Mon cher Maxime, enfin tu es là ! Que vont penser les gens de toi ? T’aimeront ils, comme tu le mérites tant ? Comme je l’espère tant ! En tout cas, dès 9 heures, alors que les portes ne doivent s’ouvrir que 30 minutes plus tard, une première lectrice est là : « Heureusement que tu m’as rappelé par texto que c’est aujourd’hui le « grand jour » ! Il est magnifique ! »

Que dire de plus ? Toute la journée, les mêmes mots. « Enfin là ! », « Je l’ai déjà lu, j’ai adoré. Puis-je avoir une dédicace ? », « Maxime Fériel, ça sonne bien ! » , « La couverture donne envie ! », « Mon petit fils va adorer ! ». Je n’ai pas vu le temps passer. La journée est finie ! La pile a diminué, une autre l’a remplacée.

Ce soir-là, j’étais épuisée. Mais, si heureuse ! Maxime est là ! Maxime est né !

MAXIME FÉRIEL à l’abbaye de Watten : « Les Talents du Canton » : samedi 11 mai 2019

C’est sur le beau site de l’abbaye de Watten que Maxime (moi, en fait ! ) a fait son deuxième salon. 

Un endroit qui me/lui parle. Puisque s’y déroulera le 15 août une fête médiévale où je serai présente, avec mon roman (et mes recueils de nouvelles !) !

Que vient faire un héros plongé dans la mythologie grecque au Moyen Age ? Un indice ! Imaginez-vous soudain plongé dans un univers parallèle loin de votre famille, de vos amis, de vos repères  ! Maxime est perdu, ne comprend pas ce qui lui arrive. Et quand se profile l’occasion de peut-être revenir sur la terre, il saute le pas… et se retrouve où ? Mais, oui ! En plein Moyen Age, dans un village terrorisé par une sorcière et… Vous voulez en savoir plus ? Une seule solution ! Lire le roman !  

 

MAXIME FÉRIEL à la mairie d’Hondschoote : « Les Talents du Canton » : dimanche 12 mai 2019

C’est une ambiance des plus joyeuses qui m’attendait à la mairie d’Hondschoote pour ce deuxième jour des Talents du Canton ! Pas question de rester dans la salle du rez-de-chaussée, certes jolie mais bien froide ! Non ! Pour nous trouver, il fallait descendre dans les caves voûtées magnifiques ! Et, les lecteurs ont été au rendez-vous ! Une fort belle journée ponctuée de fous rires et de chants ! C’est simple ! On aurait pu se croire en compagnie du sympathique Cernunnos, le Dieu-Cerf ou avec ce facétieux lutin ou encore à un banquet de la Reine C……. Chut ! Pas question que je vous en dise plus sur les amis de Maxime Fériel ! Si vous voulez en savoir plus, il suffit de lire le roman

A vos agendas !!!!!! Prochains salons : 

 ——- 13ème édition de la Nuit des Livres à Esquelbecq le samedi 6 juillet. Aux côtés de ma bonne fée, mon illustratrice Hélène V. Ce sera de 16 heures à minuit ! Un nombre surprenant d’acteurs du livre sont présents durant la « Nuit des livres ». Parmi eux, des éditeurs, des libraires, des bouquinistes, des relieurs, des calligraphes, des restaurateurs de livres anciens et des écrivains. De nombreuses animations en plein air et dans plusieurs endroits plus ou moins inattendus
Je suis hyper hyper hyper heureuse !

—–  15 août une fête médiévale à Watten où je serai présente, avec mon roman (et mes recueils de nouvelles !) !

Que vient faire un héros plongé dans la mythologie grecque au Moyen Age ? Un indice ! Imaginez-vous soudain plongé dans un univers parallèle loin de votre famille, de vos amis, de vos repères  ! Maxime est perdu, ne comprend pas ce qui lui arrive. Et quand se profile l’occasion de peut-être revenir sur la terre, il saute le pas… et se retrouve où ? Mais, oui ! En plein Moyen Age, dans un village terrorisé par une sorcière et… Vous voulez en savoir plus ? Une seule solution ! Lire le roman !  

—- Samedi 21 et dimanche 22 septembre : « Exprim’arts » à Brouckerque 

—- Dimanche 27 octobre : salon du livre d’Hondschoote (10 h à 18h : centre socio-culturel D Prend, rue Lamartine)